Le projet Herb prévoit la construction d’un hôtel, d’une auberge de jeunesse et d’une agora citoyenne Eco Responsables et Solidaires.

Sa première ambition est celle d’un projet ouvert sur le quartier qui articule l’intégration urbaine à l’intégration humaine. Dans le quartier de la Porte de Clignancourt se côtoient les habitants de la ceinture HBM (Habitations à Bon Marché), les sportifs de la ceinture verte, les étudiants, lycéens et collégiens des équipements alentours, les puciers, etc. Au sein de cette structure humaine et urbaine, zone dite « Politique de la Ville », c’est en plaçant l’humain au centre que le projet Herb veut répondre aux défis urbains et environnementaux des années à venir. Dans cette partie de ville en mutation, le projet peut aussi devenir le moteur des contributions durables au renouvellement urbain du Grand Paris. Le défi consiste en la construction avec des matériaux biosourcés d’un bâtiment à énergie positive aux abords du périphérique. Avec la mise en avant d’un projet en structure bois, la ville verrait la mise en place de l’un des premiers bâtiments en bois de cette échelle. Le projet Herb revendiquerait un nouveau paradigme pour la construction bois et en deviendrait le pionnier en France. Il pourrait bénéficier de la dynamique d’une filière en pleine expansion et soutenue par les politiques de développement durable et de réduction des émissions de GES (Gaz à Effet de Serre).

La présence du périphérique et la proximité immédiate de la ville de Saint-Ouen au nord, le flux piétonnier important sur l’avenue de la Porte de Clignancourt à l’est et enfin la place et le parc urbain au sud, tous ces éléments imposent une réflexion approfondie sur l’implantation du bâtiment, ses ouvertures et fermetures pour garantir les meilleures qualités spatiales, acoustiques, thermiques et d’ambiance tout au long des saisons. Avec la recherche d’une intériorité par rapport à un environnement contraignant des points de vue de l’acoustique et de la qualité de l’air au nord, et l’ouverture sur le quartier souhaitée au sud, il s’agit de répondre architecturalement au contexte tout en solutionnant ses problématiques techniques.

Le projet Herb peut se donner à lire comme un projet global proposant des solutions simples, écologiques et pérennes à des questions complexes.