Réalisation d’une « tour » bibliothèque sur 2 niveaux dans un appartement parisien. Projet construit à partir de matériaux réutilisés et recyclés.

 

≪Chacun des murs de chaque hexagone porte cinq étagères ; chaque étagère comprend trente-deux livres, tous de même format ; chaque livre a quatre cent dix pages ; chaque page, quarante lignes, et chaque ligne, environ quatre-vingts caractères noirs.≫

Jorge Louis Borges, La bibliothèque de Babel

Cette bibliothèque est échafaudée entre les parois d’un puits de lumière existant. Elle forme un équilibre fragile et s’incarne dans une composition de carrés, de rectangles assemblés en accumulation organique, à la manière d’un palais japonais, d’un tableau de jeunesse de Piet Mondrian, d’une composition de Paul Klee.

On y grimpe, pas à pas, dans un vertige piranésien, jusqu’au dernier rayonnage. La division des livres, les volumes, les chapitres, les paragraphes s’associe à celle des pas. Escalade physique et quête d’élévation spirituelle, l’ascension est jalonnée d’escales ; les marches se déforment, s’élargissent en assise provisoire, le temps de feuilleter quelques pages. Encore une étape et la pioche est bonne : le livre, la page, la ligne. Bientôt l’équilibriste reprend goût au sol et retourne au confort du bureau, niché sous l’escalier.

Projet écologique: caissons, étagères, fenêtres vivent ici une nouvelle vie. Étagères et châssis vitrés ont été récupérés, nettoyés, poncés puis assemblés dans une composition harmonieuse avant d’être peints d’une couleur uniforme, pour rendre l’ensemble homogène, tel un totem de Louise Nevelson.